Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Pietro COSSU Absysconsult Management et Coaching
  • Pietro COSSU Absysconsult Management et Coaching
  • : Management, Team Building, Communication, Equipes, Coaching de managers et dirigeants, Accompagnement du changement, Stratégie et Formation des managers, Communication interpersonnelle, Leadership, Affirmation de soi, Gestion de conflits, Négociation
  • Contact

Profil

  • Pietro COSSU contact: pietro.cossu@wanadoo.fr
  • Dirigeant, Coach, Formateur
Organisation et Accueil de Séminaires
contact: pietro.cossu@wanadoo.fr
  • Dirigeant, Coach, Formateur Organisation et Accueil de Séminaires contact: pietro.cossu@wanadoo.fr

Abonnement

ABONNEZ-VOUS

http://www.wikio.fr

Recherche

Texte Libre

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 05:00

Empathie

 

J'ai relevé un article (en lien dans ce texte) qui éclaire d'un autre angle de vue l'impact des comportements empathiques sur la motivation, les résultats concrets et nos réalités quotidiennes.

 

Cet article publié dans Academic Medicine Journal; 14 Septembre 2012 s'intitule "Si le médecin est empathique, le patient va mieux".

Il s'agit d'une étude empirique menée à Parme entre 2009 et 2012 sur une population de 242 médecins de famille et de 284200 patients diabétiques à Parme en Italie. Cette étude confirme les conclusions d'une précédente étude de juin 2009 menée aux Etats Unis (891 patients et 29 cliniciens) par l'Université Thomas Jefferson (qui a utilisé les test de l'échelle de Jefferson de mesure de l'empathie).. Cette confirmation est donc utile.

 

Il y a peu de travaux empiriques sur la corrélation entre niveau d'empathie du médecin et les résultats cliniques tangibles chez le patient (dans ce cas: baisse du taux des complications pour le diabète).

 

Jusque là, un certain nombre d'études avaient seulement mis l'accent sur la perception objective du patient. Certaines s'intéressaient à des indicateurs que l'on peut considérer comme conditionnés par le niveau d'empathie : comme la communication verbale et la compréhension de signaux non-verbaux, ou le temps consacré individuellement à chaque patient. L'accent était mis sur le niveau de satisfaction du patient et sur la diminution des taux de recours à des procédures légales pour négligence professionnelle. Ces études montraient que le niveau de "compréhension" des médecins, du point de vue des patients (indice de niveau d'empathie), améliore chez le patient non seulement le sentiment de se sentir aidé mais surtout leur niveau "d'empowerment" et d'engagement personnel dans leur parcours thérapeutique (prise en charge personnelle de sa propre démarche de guérison).

 

Ici, la démarche est factuelle, de l'ordre de l'observation statistique.

 

Le niveau d'empathie a été mesuré par le questionnaire Jefferson Scale of Empathy (JSE). Il a été comparé avec l'apparition de complications métaboliques aigües des patients hospitalisés en 2009.

 

Pour les italophones et fondus de sciences statistiques, voici le résultat de l'étude et le texte de la publication (cliquez ICI)

 

La conclusion de l'approche statistique confirme l'étude américaine de 2009.

 

Une population de patients de médecins avec un niveau d'empathie élévée, comparée à une population de patients de médecins avec un niveau d'empathie faible, montre un taux de complications cliniques significativement plus bas*.

(*niveau de l'Odds ratio est de 0,59, fortement inférieur à 1 => plus le niveau d'empathie est fort plus le risque de complication est bas .... d'autres facteurs de corrélation ont été étduiés comme l'age des patients, au-delà de 69 ans: Odds ratio = 1,7, ce qui intuitivement semblait aussi évident).

 

L'étude italienne conclut que si l'empathie du médecin est associée de manière significative aux résultats cliniques, alors elle doit être considérée comme un élément important des compétences du médecin.

 

Même si on peut convenir qu'une extrapolation serait intuitivement juste: 
à quand une étude staistique significative sur le champs managérial?

Partager cet article

Repost 0
Pietro COSSU contact: pietro.cossu@wanadoo.fr
commenter cet article

commentaires

derma microneedle roller review 02/01/2014 12:47

This throws light on the fact that doctors have to be empathetic toward the patients so as to instill confidence in them and help in their recovery. When the mind is strong, then the patients can recover at a faster rate.

Pietro COSSU 11/03/2014 12:17

Thank You for your comment. Actually this is exactly what is going on
;-)

Fenain 07/10/2012 12:18

Merci pour ce partage qui permet de franchir les frontières des disciplines. Être empathique, c’est savoir lâcher-prise et être ouvert et s’intéresser aux autres : plus qu'écouter, c'est entendre,
plus que regarder c'est voir. Essayer d'abord de se placer dans la peau et l’esprit de l’autre pour abandonner sa propre perception d’une situation ou d’un évènement et l’aborder avec la légitimité
de l’autre. C'est essayer de comprendre avant de se faire comprendre. Bref c'est accepter que les cadres de références puissent être différents et se donner les moyens de les identifier, pour mieux
"être avec les autres". Ce n'est pas renoncer à soi. C'est accéder à un niveau relationnel supérieur.

Pietro COSSU contact: pietro.cossu@wanadoo.fr 07/10/2012 14:53



Merci pour cette excellente synthèse



Bacchisio 06/10/2012 13:23

Ce serait en effet intéressant d'avoir une étude statistique sous la main!Ce qui est clair c'est qua dans les recrutements plus on est à des niveaux de responsabilités élevées, moins la part des
compétences est différenciante et plus les qualités humaines sont mises en avant;
Ce que les Rh savent bien, l'empathie facilité la connaissance des équipes, renforce la confiance et l'envie de travailler pour son patron et pour l'équipe. J'aime bien ces mots de Frédéric
Fougerat: "La capacité d’animer une équipe ne consistera donc pas à rassembler sous une même bannière une armée d’individus uniques, mais plutôt d’explorer et d’exploiter la richesse et la
diversité de talents pour créer une équipe solide, construite sur les capacités de chacun. Cela suppose de connaitre chaque individu. Comme il doit compter sur le soutien de sa hiérarchie, le
manager en quête de succès doit également être soutenu par sa base pour assurer la force de toute son équipe."

Pietro COSSU contact: pietro.cossu@wanadoo.fr 06/10/2012 13:35



Merci Bacchisio


Certains recruteurs en effet tentent de mesurer le niveau d'intelligence émotionnelle, en plus de valider le "track record" du dirigeant.


D'un point de vue purement scientifique et ethnologique, une étude statistique de corrélation entre niveau d'empathie et résultat, serait en effet interessante. Encore faut-il que la mesure des
niveau d'empathie et que l'indice de résultat soient pertinents.